Comment devenir nageur sauveteur ?

Premier pour­voyeur de sauve­teurs sur les plages du litto­ral, la SNSM forme en moyenne 500 nouveaux nageurs sauve­teurs chaque année et surveille un tiers des plages du litto­ral.  Âgés en moyenne de 18 à 25 ans, compo­sés de ⅔ d’hommes et ⅓ de femmes, ils se recrutent parmi les étudiants et les jeunes sala­riés.

""
Nageurs sauve­teurs de la SNSM en exer­cice sur la plage © Domi­nique Martel

La SNSM : premier pour­voyeur de nageurs sauve­teurs

Béné­voles pour la SNSM pendant l’an­née, ils assurent la surveillance des baignades pendant la période esti­vale. Cette surveillance s’ef­fec­tue à la demande et sous la respon­sa­bi­lité des mairies qui les emploient.

La forma­tion des nageurs sauve­teurs est assu­rée par 800 forma­teurs béné­voles au sein de nos 32 centres de forma­tion et d’in­ter­ven­tion (CFI) répar­tis sur toute la France métro­po­li­taine. La forma­tion des forma­teurs est orga­ni­sée par la direc­tion natio­nale de la forma­tion.

Vous pouvez vous inscrire auprès du centre de forma­tion le plus proche de chez vous en remplis­sant notre formu­laire d’ins­crip­tion pour les nageurs sauve­teurs.

8 mois de forma­tions et de stages, pour obte­nir 6 diplômes

Deve­nir nageur sauve­teur implique de vali­der 6 diplômes et certi­fi­cats indis­pen­sables :

  • Le PSE1 (Premiers secours en équipe de niveau 1) ;
  • Le PSE2 (Premiers secours en équipe de niveau 2) ;
  • Le BNSSA (Brevet natio­nal de sécu­rité et de sauve­tage aqua­tique) ;
  • Le permis côtier ;
  • Le CRR (Certi­fi­cat restreint de radio­té­lé­pho­nie) ;
  • Le SSA litto­ral mention pilo­tage (Certi­fi­cat de surveillance et sauve­tage aqua­tique).


Ce cursus diplô­mant permet d’exer­cer l’em­ploi saison­nier de sauve­teur sur les plages du litto­ral. Une fois diplô­més, les nageurs sauve­teurs volon­taires sont propo­sés aux collec­ti­vi­tés du litto­ral. Il couvre l’en­semble des connais­sances néces­saires à l’ac­com­plis­se­ment de la mission : surveillance des zones de baignade, préven­tion des acci­dents et des noyades, assis­tance aux nageurs ou aux usagers de la plage bles­sés ou en diffi­culté, réali­sa­tion des soins…

Les nageurs sauve­teurs suivent égale­ment des forma­tions complé­men­taires de spécia­lité qui sont pilo­tées par la direc­tion de la forma­tion de la SNSM et conçues, coor­don­nées et dispen­sés par des forma­teurs béné­voles : pilo­tage de marine jet, pilo­tage de semi-rigides, sauve­tage sur des côtes dange­reuses, etc.

Ils ont l’obli­ga­tion de s’en­traî­ner régu­liè­re­ment pour main­te­nir leur niveau de compé­tences. Les nageurs sauve­teurs s’in­ves­tissent à la SNSM pendant 3–4 ans en moyenne. Cette rota­tion néces­site un effort perma­nent de recru­te­ment et de forma­tion de la part de l’as­so­cia­tion, afin de pouvoir répondre aux besoins des muni­ci­pa­li­tés.

Assu­rer la perfor­mance grâce à une forma­tion conti­nue 

Paral­lè­le­ment à leur pratique sur le terrain, les nageurs sauve­teurs sont suivis par des forma­teurs qui contrôlent régu­liè­re­ment leur niveau d’ap­ti­tudes à partir de leur seconde année d’ac­ti­vité. Avec l’ex­pé­rience, les nageurs sauve­teurs peuvent pour­suivre leur forma­tion pour deve­nir adjoints au chef de poste, chefs de poste ou encore forma­teurs.

Avec plus de 250 postes de secours sur les plages et 1 447 nageurs sauve­teurs déployés, la SNSM couvre un tiers des plages surveillées en France métro­po­li­taine.